MENU

JOURNÉE MONDIALE SANS PORTABLE

06 Fév 2019
JOURNÉE MONDIALE SANS PORTABLE

ET SI ON DÉCONNECTAIT JUSTE UNE JOURNÉE ?

 

Cette journée mondiale créée par l’auteur Phil MARSO, en 2011, souhaite favoriser un débat de réflexion autour de cet outil incontournable de notre communication actuelle : le téléphone portable ! Pour la petite anecdote, la date du 6 février n’a pas été choisi par hasard ! Il s’agit de la St Gaston, en référence au célèbre refrain de Nino FERRER, « Gaston, y a l’ téléfon qui son, et y a jamais person qui y répond ».

Alors qu’il se vend près de 54 smartphones par seconde dans le monde, soit 7 milliards de smartphones vendus dans le monde depuis 2007 (source Gartner, International Data Corporation et Greenpeace), cette production n’est pas sans conséquence sur la planète…

 

En effet, en partant de sa fabrication jusqu’à sa destruction, sans oublier son utilisation, un portable consomme autant d’énergie qu’un avion volant sur 57 km, ce qui revient à dégager autant d’effet de serre qu’une voiture moyenne qui parcoure 85 km. Il ne faut pas moins de quatre tours du monde pour fabriquer un smartphone. Sachant qu’aujourd’hui, les trois quarts de la population mondiale ont accès à la téléphonie mobile, alors imaginez l’impact sur l’environnement !

 

Cet impact environnemental s’explique notamment par un renouvellement des appareils beaucoup trop rapide, 88 % des français changent leur téléphone alors qu’il fonctionne encore. De même plus la taille de l’écran est grande, plus les impacts environnementaux sont élevés… Et la tendance est actuellement à des écrans de grande dimension. Enfin, on trouve plus de 70 matériaux différents dans un smartphone. Ces matériaux sont présents en petite quantité et leur alliage parfois complexe rend nombre d’entre eux difficiles à recycler.

 

Pourtant il est possible pour chacun de limiter les dégâts sur l’environnement ! Voici quelques conseils très simples : vous pouvez tout d’abord allongez le cycle de renouvellement de votre mobile (aujourd’hui de deux ans environ, voir un an pour les plus jeunes), sans oublier les nombreuses pistes de réparation peu coûteuses. Notons également qu’il existe aujourd’hui des solutions d’achat de seconde main, auprès de filières qui remettent en état de marche les vieux téléphones puis les revendent, afin de donner une deuxième vie à vos portables. Enfin, profitez des dispositifs de collecte mis à votre disposition.

Même si le but de ces trois jours n’est pas de couper totalement son téléphone portable, pourquoi ne pas faire un test d’addiction : couper 1h, 3h, 12h ou plus à vous de voir ! Chez EcoGreenEnergy on se lance bel et bien le défi ! On vous donne RDV sur notre page Facebook (@EcoGreenEnerg) dès le 11 février pour vous donner les résultats de notre expérience !

 

Contact presse :
Jeanne ROEGEL – jeanne.roegel@ecogreenenergy.fr – 03 67 10 90 87

 

Brochure de L’ADEME « Les impacts du smartphone » (édition août 2018) à télécharger ici : https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-impacts-smartphone.pdf